Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rimouski Candidats fédéraux interpellés sur une réforme de l’assurance-emploi

Publié le 1 septembre 2021 à 17 h 03
Auteur :
Martin Ross
À l’aube des élections fédérales, l’alliance interprovinciale pour la réforme de l’assurance-emploi, interpelle les candidats et les partis afin qu’ils se prononcent sur la nécessité d’une réforme.

Nancy Legendre, présidente, Conseil central CSN-BSL-« On n’entend pas beaucoup les candidats de la région mais, on n’entend pas beaucoup non plus les chefs de partis sur l’assurance-emploi en soi. On a entendu la partie assurance maladie de l’assurance-emploi mais au-delà de ça jusqu’à maintenant, On n’entend pas du tout ni, les candidats ni, les chefs.

Roger Harvey, président, Conseil régional FTQ-BSL-Gaspésie-Les Îles-«100% des gens, des canadiens paient pour l’assurance-emploi et présentement il y a environ 40% qui en bénéficient donc, c’est pas normal que les gens n’aient pas accès à l’assurance-emploi quand ils en ont besoin.»

Constituée de groupes de chômeurs et de syndicats, l’alliance qui regroupe 16 organismes ou organisations du Québec, Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse réclament, entre autres, l’uniformisation des conditions d’admissibilité pour tous les travailleurs de l’Est-du-Canada, qu’ils soient saisonniers ou non»

Michel Dubé, coordonnateur, Action populaire Rimouski-Neigette-« Parce que dans l’Est du Canada, l’économie, le travail saisonnier, entre autres, c’est quand même présent. Je ne veux pas que les pêcheurs quittent le monde de la pêche pour aller faire d’autre chose, parce que ces gens-là dans leur industrie, ils ont une expertise. Puis, c’est pas le travailleur qui est saisonnier, c’est l’industrie qui est saisonnière.»

Roger Harvey, président, Conseil régional FTQ-BSL-Gaspésie-Les Îles-« On a juste à penser au trou noir, donc, nous, ce qu’on veut, c’est que ce soit uniformisé et que le plus de gens possibles aient accès à l’assurance-emploi quand ils en ont besoin.»

Par ailleurs, l’alliance ne croit pas que la PCU et la PCRE sont à l’origine du manque de main-d’œuvre que l’on vit dans différents secteurs.

Michel Dubé, coordonnateur, Action populaire Rimouski-Neigette-« C’est des travailleurs autonomes qui sont admissibles à la PCRE, c’est beaucoup des artistes, des gens de l’industrie culturelle. Moi, je ne m’attends pas à ce que ces gens-là viennent régler les problèmes de main-d’œuvre dans les restaurants du centre-ville de Rimouski.»



« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok