Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rimouski L’UQAR mandatée par la Sécurité publique.

Publié le 13 décembre 2017 à 16 h 47
Auteur :
Martin Ross
L’UQAR obtient un montant de 480 400$ sur trois ans pour un projet de recherche relatif aux rechargements de plages dans l’estuaire et le golfe du Saint-Laurent. Le projet, financé à même les budgets alloués au Cadre pour la prévention de sinistre 2013-2020, vise à développer un protocole de suivi lors de la mise en place d’un rechargement de plage et à évaluer la capacité d’une plage à retrouver son profil d’équilibre à la suite du démantèlement d’un enrochement.

Cette entente signée entre l’université rimouskoise et le ministère de la Sécurité publique a été confiée à la Chaire de recherche en géoscience côtière dont le titulaire est le professeur Pascal Bernatchez. Au cours des dernières années le rechargement de plages a été utilisé comme ouvrage de protection alternatif à la construction de structures rigides, notamment les enrochements, puisqu’elles sont peu adaptées pour les côtes basses sablonneuses.

C’est d’ailleurs ce qui a été fait à Sainte-Luce, suite aux Grandes Marées de 2010. Pascal Bernatchez mentionne que «Les structures rigides sont susceptibles d’entraîner une réduction importante de la largeur des plages ainsi qu’un abaissement de leur profil. Ces impacts réduisent la capacité naturelle des plages à atténuer l’énergie des vagues et augmentent ainsi le risque de submersion.» Peu de projets de rechargements de plages ont été suivis sur le long terme.

 La Chaire de recherche en géoscience côtière de l’UQAR a le mandat de faire une analyse de l’évolution de sept secteurs de l’Est-du-Québec ayant fait l’objet d’un rechargement de plages, d’évaluer son comportement et de documenter les effets de réduction du recul du littoral.

« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CFTF Nouvelles

Voir tous les tweets »