Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rimouski Le CAVAC offre des ressources aux victimes

Publié le 31 mai 2019 à 16 h 28
Auteur :
Martin Ross
Le Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) joue un rôle indispensable dans la reprise du quotidien de nombreuses victimes bas-laurentiennes. Des milliers d’interventions sont faites chaque année.

-Diane Ouellet, directrice générale CAVAC BSL-«Il y a les interventions psychosociaux judiciaires et les interventions psychosociales, c’est entre 23 000 et 24 000 interventions par année qui vont se faire dans les bureaux du CAVAC pour soutenir les victimes, rebâtir la confiance, leur donner des outils.»

-Une vingtaine d’intervenants travaillent pour le CAVAC dans le BSL dont des travailleurs sociaux, sexologues et criminologues. Les victimes ont des droits. Lorsque ces derniers sont lésés ou bafoués, il est présentement plus difficile de porter plainte au Québec que dans d’autres provinces. Le CAVAC peut aider.

-Arlène Gaudreault, présidente, association québécoise plaidoyer victimes-« Malheureusement je dois vous dire qu’au Québec, même si la charte a été adopté depuis 2015, Il n’y a pas de mécanisme spécifique pour que les victimes, quand il y a quelque chose qui ne marche pas bien, puissent porter plainte en vertu des droits qui leurs sont reconnus dans la charte. Elles peuvent porter plainte à un service de police mais la commission de déontologie ne va pas nécessairement s’occuper des problèmes liés aux droits à l’information ou aux droits à la protection. Les mécanismes ne sont pas ajustés, je vous dirais qu’on attend.»

« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CFTF Nouvelles

Voir tous les tweets »