Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rimouski Le mouvement 5-10-15 poursuit sa lutte.

Publié le 27 avril 2017 à 16 h 31
Auteur :
Martin Ross

Une quarantaine de personnes membres du Regroupement contre l’appauvrissement Rimouski- Neigette ont participé  à une soupe populaire jeudi à Rimouski dans le but de mousser la promotion du salaire minimum à 15$. Outre l’augmentation du salaire minimum à 15$ pour 2021, le mouvement 5-10-15 revendique le dévoilement des horaires de travail 5 jours à l’avance et 10 journées de congés de maladies payés par année.

Guy Labonté, coordonnateur, Comité logement Rimouski-Neigette- «Ce n’est pas toujours aux plus riches à s’enrichir. Il faut aussi que les plus pauvres le fassent. C’est un investissement pour que les personnes puissent manger à leur fin et que ça coûte moins cher au système tout entier de la province de Québec.»

Mercredi, lors d’une rencontre au Cégep de Rimouski, une chercheuse de l’institut IRIS a proposé des solutions pour aider les entreprises à absorber la hausse du salaire minimum demandée.

Michel Dubé, coordonnateur, action populaire Rimouski-Neigette- « L’État québécois pourrait générer des revenus supplémentaires dans ses coffres et effectivement, il y aurait une période d’ajustement pour les entreprises à planifier et avec cette marge de manœuvre là que le gouvernement se donnerait. Ça permettrait de peut-être mettre sur pied des programmes pour soutenir les entreprises plus fragiles.»

Andrée-Ève est étudiante à Rimouski et travaille présentement au salaire minimum. Une hausse de ce dernier à 15$ améliorerait grandement sa qualité de vie.

Andrée-Ève Paradis-Richard, étudiante- «Ça serait plus facile je pense pour moi comme pour tous les citoyens de réussir à arriver puis de vivre là, de payer l’essentiel puis de sortir de chez eux puis de participer à la vie citoyenne.» 

« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok