Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rimouski Musée éphémère sur les violences sexuelles vécues par les femmes locataires et chambreuses

Publié le 9 juin 2017 à 14 h 18
Auteur :
Communiqué

Encore aujourd’hui, la majorité des violences faites aux femmes sont perpétrées dans des résidences privées et par des hommes connus de la victime comme les partenaires intimes, les membres de la famille, les amis, mais aussi les propriétaires, les concierges et les co-chambreurs.

Depuis trois ans, les militantes du Centre d'éducation et d'action des femmes (CEAF) sont allées à la rencontre de femmes locataires et chambreuses ayant vécu du harcèlement et des violences sexuelles. Elles ont rencontré plus de 120 femmes qui ont témoigné d’actes de voyeurisme et d’exhibitionnisme, des avances sexuelles et des attouchements commis notamment par leur propriétaire, concierge ou co-chambreur. Ces gestes sont particulièrement envahissants puisqu’ils créent un climat d’humiliation, d’isolement et d’insécurité et globalement ils brisent le lien de confiance envers leur milieu de vie. Par honte et par peur de ne pas être crues ou encore de voir la situation s’aggraver, la plupart gardent le silence. Ce silence et cette banalisation des violences sexuelles dans le contexte du logement ont assez duré.


Pour faire reconnaitre cet enjeu et parvenir à des changements, les militantes se sont engagées à porter la parole des survivantes. Elles ont donc organisé une tournée nationale de leur musée éphémère. Ce musée, qui fait des arrêts à Sherbrooke, Rimouski, Châteauguay et Trois-Rivières, est composé d’objets, de décors et de citations qui représentent les violences vécues par les survivantes rencontrées.

Par exemple, une douche est exposée puisque plusieurs survivantes ont témoigné que les premiers actes de voyeurisme et d’agression ont débuté alors qu’elles étaient sous la douche. « Un jour, je sortais de la douche. Sans frapper, mon proprio est entré avec sa clé. Il venait chercher mon chèque de loyer. » (Florence, 19 ans) Ce musée permet une incursion dans le quotidien des survivantes « Nous voulons sensibiliser la population, les organismes, les institutions, les décideurs et les décideuses des quatre coins du Québec de cette révoltante réalité. Surtout, nous voulons tendre la main aux femmes locataires et chambreuses de Rimouski susceptibles de vivre l’enfer des violences et du harcèlement sexuel afin qu’elles puissent briser le silence et chercher de l’aide au moment où elles le jugeront opportun » déclare Marie-Eve Desroches du comité femmes et logement.


Afin de parler de la situation et d’informer des droits et des ressources disponibles, le musée sera animé par des militantes du CÉAF, du Calacs et du Comité logement de Rimouski-Neigette. « Les femmes devraient se sentir en sécurité chez elles.  Cette violence en contexte de logement est une réalité qu’on voit de plus en plus au CALACS c’est pourquoi nous sommes fières de prendre part à cet important événement. Cette activité permettra également de faire connaître les ressources de la région qui peuvent venir en aide aux personnes au prise avec cette violence.»


Nous invitons la population à visiter le musée qui se tiendra le 17 juin prochain de 10 h à 16 h au Parc de la gare de Rimouski coin Cathédrale et Évêché sous le chapiteau.

Depuis près de 45 ans, le Centre d’éducation et d’action des femmes (CÉAF) œuvre auprès des femmes du quartier Centre-Sud de Montréal. Le centre milite activement contre les différentes formes de violence et d’oppressions vécues par les femmes.

Le Comité logement de Rimouski-Neigette est un groupe de défense collective des droits des locataires qui revendique des solutions permanentes aux problèmes de logement depuis 1999.

Le Centre d’Aide et de Lutte contre les Agressions à Caractère Sexuel (CALACS) de Rimouski est un organisme communautaire qui vient en aide aux femmes de 14 ans et plus victimes de violences sexuelles  Il a également pour mission de sensibiliser toute la population à la problématique et défendre les droits des victimes.




« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CFTF Nouvelles

Voir tous les tweets »