Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rimouski Peu de ressources pour les personnes en arrêt de travail prolongé

Publié le 6 septembre 2019 à 18 h 54
Auteur :
Martin Ross
Julie Denis Bélanger est en arrêt de travail depuis le 6 mars . Elle est atteinte de deux maladies auto immunes, une sclérodermie ou le système immunitaire produit des anticorps qui attaquent la personne et également de la maladie de connectivité. Malgré de nombreuses démarches, son assurance collective ne lui a toujours rien versé. 

-Julie Denis Bélanger, atteinte de sclérodermie et de la maladie de connectivité, Rimouski-«J’ai toujours rien, ils sont toujours en train de chercher pour essayer de me refuser une assurance que je paye depuis toujours à mon travail et ne pas me payer du tout.» 

Ses prestations de chômage maladie sont échues depuis juillet et elle a reçu un premier chèque d’aide sociale le 4 septembre. C’est son amie qui nous a contactés pour tenter de faire avancer les choses. Elle est aussi sa proche aidante.

-Cynthia Boutin, proche aidante. «S’occuper de son chien, faire son ménage, c’est important, c’est un besoin, c’est ce qu’elle faisait avant.» 

Nous avons contacté sa compagnie d’assurance mais reçu aucun retour d’appel au moment de diffuser ce reportage. 

-Michel Dubé d’Action populaire Rimouski-Neigette en fera un enjeu électoral. -Michel Dubé, directeur, Action Populaire Rimouski-Neigette-«Nous on croit que 15 semaines de prestation dans le cas d’une maladie grave c’est beaucoup trop peu, elle court après de l’argent. Elle est prise dans une détresse qui n’est pas bonne pour se soigner. Notre revendication, c’est 52 semaines.» 

« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok