Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Gaspésie Un réseau de sentinelles actif

Publié le 9 février 2016 à 10 h 32
Auteur :
CFTF

La Gaspésie affiche l’un des plus haut taux de suicide au Québec, tout juste derrière l’Abiti-Témiscamingue. Et c’est du côté des hommes que le problème est le plus marquée. Un réseau de sentinelles a été mis en place depuis quelques années pour tenter d’aider ces hommes en situation de crise. Sylvain Réhel dirige le groupement forestier de Percé. Depuis 5 ans, lui et 10 autres de ses collègues ont rejoint le réseau de sentinelles de la Gaspésie.


Sylvain Réhel, directeur du groupement forestier de Percé «C’est vraiment de repérer les personnes qui pourraient être suicidaires. Et de les guider vers les ressources qui existent. Si c’est possible de sauver seulement une vie, on va le faire…Ils vont plus garder ça en dedans. Nous, étant tous dans un domaine d’hommes. On peut peut-être parler plus puis dire ‘r’garde, il y en a de l’aide que tu peux aller chercher, on peut te guider vers cette aide-là.’»

Entre 2011 et 2013, 97 gaspésiens et madelinots se sont enlevés la vie. Dans plus du trois quart des cas, il s’agissait d’hommes, mais les facteurs varient d’une personne à l’autre.
Monsieur Réhel dit qu’il faut se méfier des changements de comportements extrêmes. Par exemple : lorsqu’une personne passe de très déprimé à très heureux en peu de temps.

« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok