Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Amqui Près de 200 interventions en 2018 pour le projet Travailleur de rang dans La Matapédia

Publié le 20 février 2019 à 10 h 12
Auteur :
Communiqué
Le comité Travailleur de rang est fier d’annoncer que près de 200 interventions ont été réalisées auprès des productrices et producteurs matapédiens au cours de l’année 2018. Cette statistique confirme pleinement l’importance du projet pour la clientèle agricole et la nécessité de poursuivre les efforts pour assurer le maintien du service au cours des prochaines années.

Des statistiques probantes

Une activité bilan 2018 a été organisée le 19 février dernier afin d’informer les producteurs agricoles, les intervenants et les partenaires financiers de l’ensemble des réalisations du projet. Parmi les statistiques présentées, on dénote 185 interventions réalisées entre janvier et décembre 2018. Six références formelles ont été réalisées auprès du Centre de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, installations de La Matapédia. 58% des personnes rencontrées étaient des hommes et 65% du premier contact a été réalisé par la travailleur de rang. Ces statistiques démontrent clairement que la clientèle s’ouvre plus facilement si elle est contactée dans un premier temps : « Les producteurs agricoles sont désormais plus ouverts à discuter des difficultés psychologiques auxquelles ils sont confrontés dans leur quotidien. On constate d’ailleurs que les producteurs sont plus enclins à contacter eux-mêmes la Travailleur de rang qu’ils ne l’étaient lors des premières années du projet », de dire M. Gilles St-Laurent, membre du comité Travailleur de rang.
rue-tdm7k.jpg
Les membres du comité Travailleur de rang et les partenaires financiers du projet. De gauche à droite : M. Bruno D’Astous (Syndicat de l’UPA de La Matapédia), M. Gilles St-Laurent (producteur agricole et membre du comité), M. Stéphane Pineault (MRC de La Matapédia), Mme Karine Turbide (Desjardins Vallée de La Matapédia), Mme Valérie Simard (MAPAQ), Mme Marie-Pier Boissonnault (Travailleur de rang), Mme Sabrina Raymond (SADC de La Matapédia), M. Alexis D’Aoust-Tremblay (CISSS du Bas-Saint-Laurent) et M. Gérald Lavoie (producteur agricole et membre du comité).



Assurer la pérennité du service

L’enjeu d’assurer la pérennité du service demeure bien réel. D’un projet-pilote amorcé en mai 2014, le projet s’étend assurément jusqu’en décembre 2019 et le comité met tout en œuvre afin de maintenir le service après cette date. Des discussions sont en cours avec certains partenaires, mais le comité aimerait que d’autres partenaires démontrent de l’intérêt à s’impliquer financièrement dans le dossier : « Nous avons des partenaires qui sont là depuis le commencement du projet il y a cinq ans. Nous croyons sincèrement avoir démontré l’importance du maintien d’un tel service, service qui est d’ailleurs gratuit pour les utilisateurs. Nous lançons donc un appel à la mobilisation de partenaires potentiels pour assurer le maintien du service à plus long terme », déclare Stéphane Pineault, coordonnateur de l’Écoterritoire habité à la MRC de La Matapédia et membre du comité Travailleur de rang. Le partenariat développé avec l’organisme Au cœur des familles agricoles (ACFA) au cours de la dernière année a également permis d’encadrer davantage la ressource qui participe régulièrement à des formations en lien avec son travail et qui peut compter sur un réseau de travailleurs de rang à l’échelle du Québec. L’initiative Travailleur de rang est rendue possible grâce à la participation financière des partenaires suivants : la MRC de La Matapédia, l’UPA de La Matapédia, le Ministère des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ), la SADC de La Matapédia, Desjardins Vallée de La Matapédia et la Meunerie Bernard Landry.

L’approche terrain

Une des clés du succès du projet repose sur l’approche de proximité développée par la ressource qui se déplace régulièrement sur les fermes afin de rencontrer les producteurs. Les statistiques démontrent d’ailleurs une augmentation du nombre de rencontres directement chez le client, alors que 65 % des rencontres ont eu lieu à cet endroit au cours de la dernière année : « C’est une partie importante de mon mandat que d’aller rencontrer les producteurs dans leur environnement afin que je puisse bien prendre connaissance des défis auxquels ils sont confrontés dans leur quotidien», de dire Marie-Pier Boissonnault, travailleur de rang.


« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok