Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Québec 15 semaines, ce n'est pas assez!

Publié le 12 janvier 2018 à 14 h 03
Auteur :
Communiqué
Un Canadien sur deux sera victime d'un cancer au cours de sa vie. Actuellement, au Canada, les patients atteints d'un cancer reçoivent des prestations d'assurance-maladie pour les 15 premières semaines, tandis que le rétablissement après un épisode de cancer est estimé à un an.

Plus de 70 % des canadiens ne sont pas syndiqués et n'ont pas accès à un régime collectif d'assurance salaire.  Il a été démontré que les patients à faible revenus ont un taux de survie inférieur à celui des patients à revenu élevé. La question est de savoir comment un patient atteint d'un cancer parviendra à survivre financièrement dans ces circonstances. Par ailleurs, il a été démontré que plus de la moitié des personnes touchées sont des femmes, ce qui crée une plus grande insécurité financière et des difficultés importantes. À ce point, les lecteurs se demandent peut-être comment ils y arriveraient financièrement s'ils étaient confrontés à une telle situation.

 

Nous invitons le public à consulter le site www.15semaines.ca, qui leur permettra d'envoyer une lettre personnalisée à tous les représentants élus, préconisant ce changement afin d'augmenter le nombre de semaines de prestations d'assurance-maladie pour les patients atteints d'un cancer.

« 15 semaines, ce n'est pas assez » est la campagne de 2018 qui a été lancée par une patiente nommée Marie-Hélène Dubé, qui réclame du changement en ce sens depuis 2009. Elle a recueilli à ce jour plus de 600 000 signatures. Le but de cette campagne Web pancanadienne www.15semaines.ca est de mobiliser tous les Canadiens pour susciter un réel sentiment d'urgence. Il est temps que tous les élus officiels comprennent l'importance de moderniser et d'adapter la sécurité économique et sociale des travailleurs canadiens aux réalités de 2018. Cette disposition est demeurée inchangée depuis 1971. Cent dollars en 1971 valent 619 $ aujourd'hui, ce qui représente plus de 520 % d'inflation; pourtant, le gouvernement affirme aux citoyens que 15 semaines de prestations suffisent. Et cela, malgré sept propositions de changement de loi au cours des neuf dernières années et des promesses politiques, dont celle faite par Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social, en 2016 lors d'une émission de CBC. Ajoutons à cela le vote du premier ministre, Justin Trudeau, il y a cinq ans en faveur du projet de loi C-291, qui visait à augmenter les prestations à 50 semaines. Pourtant le Canada reste le seul pays du G8, outre les États-Unis, à offrir des prestations d'assurance-maladie de moins d'un an.

Lorsqu'un cancer ou une autre maladie frappe une personne, c'est la vie de toute la famille qui est touchée. Il n'est pas normal qu'en 2018, des citoyens canadiens se retrouvent dans la rue, au détriment de patients victimes de programmes gouvernementaux insuffisants censés être là pour les patients en dernier recours. Le gouvernement reste obstinément indifférent dans son refus de fournir des conditions financières appropriées qui permettent aux patients de se rétablir avec dignité afin qu'ils puissent retrouver leur statut de citoyens actifs et contribuer une fois de plus à la croissance de l'économie canadienne.

Si le nombre de semaines de prestations d'assurance-maladie demeure inchangé et n'est pas augmenté, la douloureuse réalité est que les Canadiens continueront d'être pénalisés directement et indirectement, limitant ainsi leur autonomie personnelle, familiale et professionnelle, aux dépends de l'économie canadienne.

Pour envoyer cette lettre personnalisée aujourd'hui, visitez www.15semaines.ca. Un seul clic suffit. Tous ensemble réclamons l'augmentation du nombre de semaines de semaines de prestations d'assurance-maladie de l'assurance-emploi.



« Retour

Publicité

Internet

À votre avis ?

Où passerez-vous vos vacances?







Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok

Actualité Twitter
CFTF Nouvelles

Voir tous les tweets »