Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Rimouski Bilan annuel des DPJ : «Les enfants notre priorité!»

Publié le 23 septembre 2021 à 08 h 33
Auteur :
Martin Ross


C’est sous le thème «Les enfants notre priorité, qu’a été dévoilé mercredi, le 18e Bilan annuel des directeurs de la protection de la jeunesse/directeurs provinciaux. Au BSL 2889 signalements ont été traités, soit 8 par jour. De ce nombre, 1009 ont été retenus pour un taux de rétention de 34,9%

Julie Ouellet, directrice adjointe de La protection de la jeunesse et du programme jeunesse, CISSS-BSL-« Une hausse de 126 signalements par rapport à l’année passée qui n’est pas significative pour nous parce qu’habituellement justement, on va aller vers un 100, 150 signalements, souvent en augmentation ou en diminution d’année en année mais on note effectivement 4,4% par rapport à l’année passée.» 

Anne Duret, directrice de la protection de la jeunesse et du programme jeunesse, CISSS-BSL - «Les principaux motifs de signalements, on parle de négligence, on parle de risque de négligence, on parle d’abus physique et de risque d’abus physique et on parle aussi de mauvais traitements psychologiques.» 

Au Québec, moins de 60% des signalements traités provenaient d’employés de différents organismes, de milieux familiaux, ou du milieu communautaire. Cette proportion atteint plus de 66% au BSL.» 

Anne Duret, directrice de la protection de la jeunesse et du programme jeunesse, CISSS-BSL-« Pour moi, ça, c’est important, c’est un volume aussi qui est plus important qu’au Québec et ça signifie qu’au BSL, on a une communauté bienveillante autour des enfants.» 

Un organisme comme COSMOSS BSL, qui compte de nombreux partenaires, ne serait pas étranger au filet social tissé autour de la jeunesse. 

Anne Duret, directrice de la protection de la jeunesse et du programme jeunesse, CISSS-BSL-« Des partenaires privilégiés du DPJ où on travaille étroitement ensemble et pour moi, il ne fait aucun doute que COSMOSS, est à la base de ce filet de sécurité-là au BSL.» 

Ce bilan annuel marque aussi le dépôt du rapport de la Commission Laurent, accompagné de nombreuses recommandations et d’un meilleur financement. 

Anne Duret, directrice de la protection de la jeunesse et du programme jeunesse, CISSS-BSL-« Il y a du financement qui est arrivé récemment vers les services en CLSC pour renforcer le programme en négligence. C’est le premier motif de signalement. Il y a déjà des répercussions de la Commission Laurent qui vient reconnaitre le travail. Il y a une prime qui a été accordée aussi aux personnes qui travaillent en protection de la jeunesse.» 

« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok