Consulter les archives

Nouvelles

« Retour

Cacouna Éric Deshaies remporte le Big Wolf’s Backyard Ultra!

Publié le 20 juillet 2021 à 10 h 02
Auteur :
Communiqué
Après une finale excitante, avec plusieurs grands athlètes d’ultramarathon québécois en lice pour le grand titre, c’est finalement Éric Deshaies, de Gatineau, qui est revenu seul de son 35e aller-retour de 6,704 km, devenant ainsi « The Last Man Standing » de la première édition du Big Wolf’s Backyard Ultra, qui se tenait cette fin de semaine à Cacouna - Isle-Verte.

L’athlète de 47 ans aura ainsi cumulé 234,64 km en moins de 35 heures, et ce dans une chaleur accablante, terminant le dernier tour dans un temps record de 28 minutes et 50 secondes! En pleine forme au terme de ce défi, Éric a confié qu’il se préparait à réaliser au moins 50 tours, et qu’il n’avait qu’un seul objectif en tête : gagner.

« Ça fait deux ans que je me prépare pour ce défi », explique celui qui avait participé à l’édition virtuelle en 2020 et qui a aussi couru 10 marathons en 10 jours dans des temps records au printemps. « J’ai vraiment eu une bonne journée. Après 24 heures, je n’avais aucune raideur et je n’avais même pas l’impression que ça avait commencé! ».

Éric Deshaies, ancien champion du monde de double Ironman en 2008, a aussi l’habitude de courir dans les grandes chaleurs, ce qui était le cas cette fin de semaine, alors que le thermomètre a monté jusqu’à 30 degrés celsius. « Plus c’est chaud, plus je suis dans mon élément », confie Eric, qui se dit acclimaté à la chaleur depuis sa participation à la course Badwater Ultra, un parcours de 217 km qui prend son départ dans la vallée de la Mort, un des endroits les plus chauds aux États-Unis.

Un rendez-vous de grosses pointures

Les Backyard se terminent lorsqu’un(e) athlète complète un dernier tour de 6,704 km seul(e). Leur durée dépend donc du calibre des athlètes présents.

Or, la première édition du Big Wolf’s Backyard avait attiré de grosses pointures qui prenaient le défi très au sérieux, dont la coureuse montréalaise Stéphanie Simpson, qui avait remporté le championnat canadien de la Backyard en octobre 2020 avec 43 tours, mais aussi l’aventurière et athlète Hélène Dumais, bien connue pour ses performances sur des courses que l’on qualifie souvent d’extrêmes, comme l’Infinitus (888 km) et les Survival Run (au Nicaragua, en Australie et en Colombie-Britannique).


C’est finalement Cédric Chavanne, de Rimouski, qui a challengé Eric Deshaies jusqu’à la fin, mettant un terme à sa course après 34 tours et un peu plus de 227 km en raison d’une douleur qui commençait à se faire persistante au genou. Cédric est une étoile montante de l’ultramarathon, ayant tout juste remporté le 160 km du Gaspesia 100 en juin dernier.

Un « Golden Ticket » pour le Tennessee

L’exploit accompli par Eric Deshaies cette fin de semaine lui donne ainsi un Golden Ticket, soit le privilège de pouvoir participer à la légendaire Big Dog’s Backyard au Tennessee en octobre prochain, qui rassemblera les meilleurs athlètes de ce type d’événement à travers le monde. Notons que Stéphanie Simpson, qui avait déjà gagné sa place garantie en devenant championne canadienne en 2020, sera aussi de la partie de ces “championnats mondiaux” l’automne prochain.

Celui qui travaille de nuit en électrophysiologie médicale, dans un laboratoire du sommeil, avait planifié au quart de tour sa préparation à la Big Wolf's Backyard. Sa stratégie était précise, réfléchie et son entraînement très spécifique pour ce type d'événement. Sa préparation aura été payante et il sera plus que passionnant de suivre sa participation à la Big Dog’s Backyard en octobre.

En prévision de ce nouveau défi, Éric ne veut cependant pas trop se donner d’objectif précis, souhaitant surtout aller au bout de sa propre limite personnelle. « Mon but sera de le finir quand je n’arriverai pas à terminer une boucle dans le temps donné et non pas parce que je décide d’arrêter », confie-t-il, précisant que sa participation demeure quand même toujours incertaine en raison du contexte du COVID.

Une première édition au-delà des attentes


Yvan L’Heureux, de Rivière-du-Loup, instigateur du défi, se dit très satisfait de cette première édition du Big Wolf’s Backyard, après avoir été dans l’obligation d’annuler deux fois l’événement dans la dernière année en raison du COVID.

Nous étions plus qu’heureux de pouvoir enfin vivre cette aventure unique! Et quelle fin de semaine! Nous avons eu la chance de pouvoir compter sur une température extraordinaire mais aussi et surtout de pouvoir compter sur la présence de 92 athlètes et leurs crews qui étaient vraiment motivés et enthousiastes. Tout était  parfait ! », explique-t-il, très excité de remettre la main à la pâte pour préparer la deuxième édition de cet événement hors de l’ordinaire à l’été 2022.

L’organisateur souligne d’ailleurs à quel point le site de course, en bordure de fleuve à Cacouna et Isle-Verte, a été apprécié des participants. « Nous avons eu beaucoup de chance de pouvoir nous installer à cet endroit, qui met bien en valeur la beauté du territoire québécois », tient-il à préciser alors que plusieurs athlètes de l’international seront attendus pour les prochaines éditions.


Finalement, fait à souligner, l’organisation de la Big Wolf remettra 5 000 $ à trois organismes de  la région pour aider et motiver les jeunes à la pratique du sport et des saines habitudes de vie. « C’était important de redonner dans la communauté et de s’inscrire dans une démarche mobilisatrice envers nos jeunes », explique Marline Côté, co-organisatrice de la course déjà très engagée dans la communauté de course en sentier québécoise.

Pour en savoir plus sur le Big Wolf’s Backyard, visitez bigwolfsbackyard.com



« Retour

À votre avis ?

Vos proches sont-ils au courant de vos choix en lien avec le don d'organes?



Voir le résultat Envoyer

Infolettre

Ok